Biographie   

    Née au Québec, je vis maintenant à Paris et je travaille à Montreuil. Pendant de nombreuses années, j'ai mené de front une carrière scientifique et une activité artistique. Je me consacre maintenant entièrement à mon travail de plasticienne. En 1983, j'étais à New York et j’ai fréquenté le New York Feminist Art Institute. J’ai connu le travail de Louise Bourgeois, Myriam Shapiro, Judy Chicago et de nombreuses autres femmes artistes. J’ai fréquenté les musées et les galeries et  j'ai compris que l'art avait d'autres finalités que la simple reproduction de la réalité. C'est devenu une véritable passion pour moi. A mon retour en France en 1986, j'ai continué à me former , à fréquenter des artistes et à voir des expositions. En 1999, j'ai été sélectionnée pour le Salon de Montrouge, ce qui m’a encouragée à continuer de montrer mon travail. Jusqu'en 1998, j'ai travaillé surtout en 2 dimensions. J'utilisais les lignes, les couleurs et les surfaces comme un langage autonome. Petit à petit, ma peinture est devenue plus épaisse et mes sujets plus figuratifs. J'ai commencé à incorporer des objets dans mes toiles puis je suis passée à la sculpture et aux installations. En 2001, j'ai eu la chance de participer à l'atelier «Objets, sculptures et installations» avec l'artiste espagnole Paloma Navares à l' «Internationale Sommerakademie für Bildende Kunst » de Salzbourg. Cette expérience a eu une grande influence sur la suite de mon travail.
    En 2015, j’ai reçu une invitation pour une résidence artistique de la part de  “Da Wang Culture Highland” (Shenzhen Chine) . Cette résidence a donné lieu à une exposition individuelle de fin de résidence : « Snapshots from Wutong », Mes autres expositions individuelles sont  « C'est le printemps au Delta » (Delta, Paris 2013) et « Désir Viscéral » (l’Openbach, Paris 2018).
    J’ai participé à plusieurs expositions collectives sur le thème de la récupération: « Métamorphoses”  (Espace Ségur, Paris, 2018), “Universal Sea Award” (Center of Polish Sculpture, Oronsko Pologne 2018), “Extraordinaires objets de l’ordinaire” (Villa Belleville, Paris, 2017), “Seconde vie par l’art” (Conseil Général, Nancy, France  2012) , ”Met’Art Morphoses 4” (Château de Nogent-le-Roi, (Nogent-le-Roi, 2012).
    Un autre axe de travail, l’érotisme, m’a permis de participer aux expositions “Eros” (Galerie La Ralentie, Paris, 2017), “Villa Héro(t)ique” (Galerie A l'Ecu de France, Viroflay, 2014) et “The Femail Project", (ARTicle Gallery, Birmingham , UK 2013),
    J’ai également participé à de nombreuses expositions collectives organisées par la fondation néerlandaises “Stichting White Cube”. Cette fondation organise les expositions biennales “Global Village” qui permettent à des artistes émergents du monde entier de se rencontrer et de rencontrer leur public. J’ai participé aux éditions 2012, 2014 et 2016 qui ont eu lieu aux Pays Bas , en  France , au, Danemark et en Allemagne (voir les détails sur mon CV). J’ai aussi participé à deux autres expositions thématiques organisées par cette fondation. ‘Matkalla Onneen” (Nokia et Ylivieska, Finlande et Alkmaar, Pays-Bas 2017) . “Ecce Homo” (Aachen, Allemagne 2014). Vous pourrez trouver une liste plus complète de mes expositions sur mon CV.

Démarche

   Je suis obsédée par le corps, l'identité féminine et la vulnérabilité de l'être. Je suggère des histoires violentes, poétiques ou teintées d'un humour grinçant qui nous interrogent sur les désirs et contradictions de la société contemporaine. Éros et Thanatos sont au rendez-vous. André Breton a écrit : « La beauté sera CONVULSIVE ou ne sera pas ». La beauté que je recherche, c'est cette beauté qui secoue et qui interpelle. Les artistes qui m’inspirent le plus sont les artistes issus de Dada ou du surréalisme, comme Meret Oppenheim ou Hans Bellmer, et celles qui en sont aujourd’hui les héritières, en particulier Louise Bourgeois et Annette Messager. Ces artistes ont su transformer les expériences de la vie quotidienne en œuvres d’art et ont révolutionné la représentation par leur utilisation des objets trouvés.
    La sculpture et les installations sont mes modes d’expression privilégiés. Je travaille sans esquisses préalables. Le point de départ d'une œuvre est souvent un objet trouvé, choisi pour sa forte charge symbolique. Les objets, sortis de leur contexte usuel, acquièrent une autre signification. Mes œuvres sont assemblées comme des rêves. Différents éléments sont combinés selon le principe de l'association libre. J'utilise les objets de différentes manière : soit en les assemblant entre eux ou en les associant à des formes crées par une autre technique (céramique, pâte de verre, métal, textile, plâtre, papier...), soit en les moulant et en les tirant dans une autre matière ou encore en les transformant pour qu'ils deviennent le matériau même de la sculpture. Souvent je travaille en séries ou encore je combine différents éléments dans une installation. J'assemble, construit, déconstruit... Mon idée initiale est toujours en dialogue avec le matériel. Une œuvre est terminée lorsque je peux lui donner un titre. C'est alors, que tel un gri-gri, elle prend tout son pouvoir d'exorcisme.